Désespoir ! Besame Cosmetics

Je vais, pour une fois, partager les affres et tourments qui me rongent.

Ha ! Dans ma trépidante jeunesse ( soit le 21 mars de cette belle année), je pensais à moi toute seule repousser toutes les tentations auxquelles l’infâme marketing cosmétique me soumettrait.

Vaillamment, telle un chevalier en armure de bambou recyclable, j’aurais détourné la tête en disant : « Non ! Vous ne passerez pas par moi. »  *soupir auto-admiratif*

Mais ça, c’était avant.

Parce qu’évidemment, j’aurais du me douter que mon point faible serait exposé et exploité, traitreusement, sans la moindre pitié. C’est môche.

Voilà la pierre d’achoppement de mon bô courage bio :

Basic RGB

Besame Cosmetics.
(à  dire avec le ton du héros qui découvre que c’est son plus vieil ennemi qui est derrière le plan machiavélique, les yeux à demi plissés et la moue dégoutée.) (si vous secouez la tête après avec un petit reniflement méprisant, c’est encore mieux)

Vous connaissez ?

J’en avais déjà entendu parler, mais j’avais soigneusement mis un mouchoir dessus histoire de ne pas me faire du mal. Et là, PAN, ça m’explose à la figure.

C’est du maquillage de pin-up. Du maquillage vintage. Argl.

Gabriela Hernandez, la fondatrice de la marque, vient de Buenos aires, et tient sa petite boutique aux USA avec son mari et sa fille. Ce n’est pas une grosse entreprise, et elle travaille elle-même à la création des produits qu’elle vend. Elle se définit comme une « make-up détective« , qui part en quête de couleurs dans les magasins vintages pour les reproduire fidèlement avec des ingrédients naturels.

Elle est nostalgique d’une époque où les femmes ne disposaient pas d’autant de produits cosmétiques, mais où le maquillage était un véritable plaisir, une sorte de rituel qui savait flatter la beauté naturelle féminine. « l’art du maquillage, c’est faire quelqu’un se sentir bien vis-à-vis de lui-même, juste avec un bâton de rouge à lèvres« , dit-elle.

Et hop, la petite vidéo anglophone qui explique tout.

Elle a donc conçu des produits d’inspirations ancienne, presque hollywoodiennes allant des années 10 aux années 60. Le packaging est lui-même très vintage, de sorte qu’on ne sait pas vraiment si le produit est contemporain ou pas.

Exemple ? Of course my dear ! :

 

Vous souffrez, là ? Parce que moi oui.

Et ce qui provoque ma souffrance, c’est l’INCI de ces produits.
Depuis le temps que je vous bassine avec l’INCI, il fallait bien que ça serve à quelque chose. Je suis donc allée faire un tour sur le site « la vérité sur les cosmétiques« , comme je vous le conseille régulièrement. Et, patiemment, je me suis mise à taper les ingrédients présentés.

criquette
Parce que moi aussi, je peux être une make-up détective !

Cela m’offre l’occasion de vous préciser que si vous ne trouvez pas un ingrédient du premier coup, soit essayez avec un seul mot (généralement le dernier), soit retirez les espaces s’il s’agit d’un ingrédient du genre CI 72585 (donc CI72585).

Sur une grande partie du produit, pas de soucis. Mais quand on arrive vers la fin de l’INCI….
Bref, voilà donc la liste des ingrédients qui m’ont posé problème :

INCI Besame

Et là, c’est le drame.

Criquette
Naon ! Naon ! Purqwa !

TOUT est chouette dans le concept !! Pourquoi a t’il fallu que vous rajoutiez des cochonneries chimiques ! Pourquoi Gabriela ? Pourquoi ?!

J’ai le cœur brisé !! (et le porte-monnaie soulagé, mais ça c’est encore autre chose). Comment faire face à une telle trahison ! Moi qui mettais tous mes espoirs en vous ! J’y croyais, Gabriela !!

Certes, il n’y a pas d’animaux morts dedans, tout ça. Mais c’est ce qui rend la trahison si difficile !
Vous avancez des produits naturels dans la composition de vos magnifiques, merveilleux, absolument irr…. ahem, je m’égare… bref, dans vos cosmétiques.
Ce n’est même pas comme si la moitié de vos ingrédients étaient à jeter !!

C’est l’abominable épreuve de la tentation : C’est juste un petit peu dangereux… un touuuut petit petit peu….

Désespoir ! (rapport au titre, tout ça) Mais qu’adviendra t’il de moi ! Suis-je donc condamnée, telle une starlette de télé-réalité sur le retour prête à tout pour glaner un peu de sa dose de célébrité, à acheter vos produits et les essayer en cachette ?

imagebrenda
Image du désespoir

Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue. Mais comme on dit : Résiste ! Prouve que tu existes, tout ça.
Donc, un peu comme une fille qui vient de se faire larguer, je vais faire comme si ça ne me touchait pas, et je vais commencer à stalker votre compte FB. Où je vais pouvoir… voir … plein d’image .. de vos rouges à lèvres sublimes…

Gabriela Hernandez, si vous m’entendez, faites quelque chose. C’est un crime de vendre d’aussi merveilleux produits avec des cochonneries pareilles dedans !

Promis, si vous rendez vos produits bio, je me vend un rein et je les achète tous !


 

La seule conclusion valable à cet article, c’est que je n’ai même pas fait de jeu de mot pourri avec « Besame mucho ». C’est grave la déprime.

Enregistrer

Publicités

Une réponse sur « Désespoir ! Besame Cosmetics »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s