La bonne CUPine

Ça y est, c’est fait !!!
Fini le stérilet aux hormones !!
Je vous ferai grâce de la chanson qui m’est venue aux lèvres, mais c’est presque en sautillant que je suis sortie du cabinet médical.

frozens-elsa-and-anna-happy-dance-cartoon-gif
Frozen X Caramelldansen

Mais qui dit « Adieu Mirena » dit « Bonjour Retour de Règles« .
Eeeeeet, comme une certaine proportion de femmes, je souffre de menstruations généreuses.

Aussi, la question de la protection périodique est revenue sur le tapis. Et forcément, je me suis tournée vers les cups, que je soutiens depuis quelques temps déjà.

 

Je ne vais pas vous tanner pour essayer de vous convaincre de passer à la cup.
Pour ma part, j’y viens pour plusieurs raisons :

  • économiques : je saigne pas mal, et ça me revient cher en serviettes + tampons.
  • écologiques : L’impact des protections périodiques sur l’environnement, on en parle ?
  • de santé : je refuse d’introduire plus de substances dangereuses à terme dans mon corps. Les muqueuses étant en plus extrêmement fragiles, je compte bien me préserver !
  • de sécheresse vaginale : no more tampon ever.
  • de confort : l’impression de sentir et la crainte de fuiter, c’est terminé !
    Et en plus, remettre une Cup bien propre et lavée, psychologiquement, c’est chouette !
    Le plus dur, c’est de sauter le pas, et la première utilisation. Après, c’est Holidays !!!

Alors avant, c’était simple. Des cups, il n’y en avait pas 100 000 modèles. Mais depuis, l’idée a fait son chemin, le produit s’est démocratisé, et c’est la jungle pour s’y retrouver.

Je suis Flemmarozilla, alors j’ai tapé « choisir sa cup » sur Internet et je me suis fixée sur les deux liens suivants :

 –  Coupe Menstruelle.net

 – Les anglais ont débarqué.com

Les deux sites proposent un comparatif plutôt complet des cups sur le marché.
C’est super utile, et ça vous permettra un choix adapté, réfléchi et rationnel.

Moi, j’ai choisi la Miu Cup, parce que le mannequin a les mêmes chaussettes en pilou que moi. Ça ne pouvait qu’être un signe.

miu-cup-menstruelle
Un choix rationnel et réfléchi. Je kiffe tes chaussettes, Meuf.

Pour de vrai, il y a d’autres raisons qui m’ont fait pencher pour Miu :

– Elle est en silicone médical, 100% naturelle. Pas de latex, pas de plastique ! XoXo l’environnement

– Elle est fabriquée en France, et pas dans une obscure usine crade à l’autre bout de la terre. (Comment ça je suis parano ?)

– Elle propose 4 modèles différents, ce qui augmente les chances de trouver une cup bien adaptée à sa situation et à son corps.
(Quand je lis : « Flux abondant aimant bien son canap’ ou ayant de la progéniture, cup grande mais souple« , je sais que c’est pour moi.)

grande-minote-complet-e1487956762673-600x600-1
– Et euh, hum, elle porte le même nom qu’un de mes persos de jdr L5R fétiche. Ahem.

 

Quels sont les points sur lesquels j’ai pris soin de m’arrêter lors de mon choix ?

Je voulais une cup assez souple, puisque c’est ma première, mais également assez large pour contenir mon flux.
Je désirais un embout pour la rattraper, mais pas d’anneau, qui me donne l’impression d’être un caneton de la pêche aux canards -_-
Pas de petite boule non plus, ce qui m’obligerait à utiliser mes ongles. (x_x)
Pas de stries, ce qui permet un nettoyage plus facile, et une matière douce !
Enfin, des trous assez larges pour éviter les fuites.

Ma Miu Cup (modèle Grande Minote) possède tout ça, et c’est juste parfait pour moi.
Reçue il y a peu, testée dans la foulée, j’en suis juste en-chan-tée !

Bon, comme je suis un peu une flippée quand même, j’ai acheté des serviettes et des protèges-slips, histoire de ne pas prendre de risques lors des premiers essais.
Je me laisse le temps de prendre le coup de main.

Mon choix ?

Ciao Always, Nana et autre Tampax.
Je veux une protection biodégradable, sans produits chimiques, sans chlore et perméable à l’air.
Un truc qui me soutienne sans empoisonner Mère Nature (vous savez, la relou de la pub ?)

53d4c8e4d6dee_-_tampax-mother-nature
Moi aussi je t’aime !

Et bien c’est tout à fait possible, ui ui ui.

La marque Naty (« mother nature says thank you« , si si j’vous jure) propose des protections périodiques de tous types, biodégradables, compostables, faites à base de pâte de bois scandinave (récolté de manière responsable), et de farine de maïs (sans OGM évidemment). Pas de chlore, pas de parfum, perméable à l’air ; c’est juste le rêve en terme de protection jetable.
Et pour les avoir testées, elles ne sont pas moins efficaces que les autres.  Elles me conviennent tout à fait, même si d’ici quelques temps je ne devrais plus en avoir besoin grâce à ma Cup.

 

Sur les conseils de ma BFF (ou Bufufu), j’ai également acheté un lubrifiant pour aider à l’insertion de cette dernière, au moins les premières fois.

Et là, j’ai été prise d’un doute.
Le vague lubrifiant Durex qu’on trouve en supermarché, il est clean ou pas ?

Pour le savoir, j’ai vidé mes placards pour remettre la main sur un vieux lubrifiant à la cerise, que j’avais eu l’occasion d’utiliser une fois et qui m’avait tout à fait répugnée :
substance collante, odeur chimique tout sauf naturelle (déjà à l’époque 😉 ), et au final pas vraiment d’efficacité.
J’avais eu des scrupules à le jeter parce qu’il était neuf. Je n’en ai plus aujourd’hui.

Pourtant, c’était Durex, une « bonne » marque, « safe » en théorie.
Bonjour pour trouver une véritable INCI.
Bah, suis-je bête : le lubrifiant, c’est pas un cosmétique !

Pas Cosmétique, pas d’INCI ! (International Nomenclature of Cosmetics Ingrédients, ou Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques)

Donc en gros, on peut me raconter à peu près n’importe quoi, tant que c’est bien tourné et qu’on omet les ingrédients problématiques, c’est ok. « A base d’eau« , hein ?

S’est donc imposée à moi la nécessité d’un lubrifiant certifié bio.
Au moins, le produit final aura été contrôlé selon un cahier des charges respectueux et sain : Pas de phtalates, de propylène glycol, de parabens, de bisphénols, pas de parfums de synthèse.

Je voulais comparer pour vous deux lubrifiants, et investir dans deux modèles bios ; malheureusement, je me suis fait bananer pour le premier :

mixgliss-bio

Le Mixgliss bio n’est pas entièrement bio, il utilise simplement de l’aloe vera bio.

4ea
. . .

C’est bien dommage parce qu’à l’essai, il n’a rien à voir avec l’abominable truc collant à la cerise : il est léger et plutôt agréable d’utilisation.
De plus, on peut féliciter la marque Mixgliss d’afficher la liste des ingrédients sur leur site. Ça, c’est clean.
Par contre, afficher Bio en gros et ne pas faire certifier son produit, c’est moins honnête.

J’ai donc acheté un autre lubrifiant. Mais finalement, c’est une autre histoire !

 


Conclusion :

 

 – Je suis passée à la (Miu) Cup.
– C’est juste le pied.
– J’ai mis la main sur des protections périodiques écologiques et saines. Oui oui oui !!!
– J’ai découvert que les lubrifiants contiennent de vrais saletés (perturbateurs endocriniens entre autres) mais qu’ils se gardent bien de l’afficher.
– J’ai aussi découvert qu’il existe des lubrifiants bios.

=> Plus de stress de fuite,
plus de panique en cas de fin de paquet,
plus de changements intempestifs,
plus d’odeurs gênantes,
plus de marche en crabe,
plus de bains impossibles,
plus de « pas ce soir j’ai mes règles »
Plus de culottes spéciales règles…. enfin si, celles-là j’y tiens, elles sont trop confortables.

De manière pratique, mes règles ne sont plus un calvaire et ça, ça change TOUT.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s